Dominique Seux, chroniqueur économiste (écouter l'extrait de 2mn)

« Il y a trois incertitudes sur l'économie dans les semaines à venir, les 3C : la durée du Confinement, le Comportement des ménages et la Capacité à rebondir vite ». Il y en a pleins d'autres « C » : Coronavirus, Chloroquine pour rester dans le sujet, mais aussi Classes défavorisées, Clochards ... je ne vous invite pas à en chercher d'autres … car c'est un jeu à la C.. !

« la France manque de tests, et c’est une chasse mondiale. Il y a quelques jours, Donald Trump, ont raconté le New York Times et Business Insider, a envoyé des avions acheter les stocks d’un gros fabricant italien. Hier, Madrid a annoncé l’achat à la Chine de 550 millions de masques et de 5,5 millions de tests ». Le Capitalisme (encore un C) ne perd pas le nord et je me demande à qui ça va profiter ?!!

« tout est compliqué : BioMérieux a d’abord un contrat avec la Défense américaine, le Suisse Roche dessert en priorité l’Allemagne et la Suisse, et il y a aussi des grosses questions logistiques ». Ben voyons, manquerait plus qu'il faille les applaudir comme nos braves personnels soignants ...

Daniel Cohen, économiste invité de France Inter/Culture (écouter l'extrait de 2mn)

"au départ de cette crise, quand elle était cantonnée à la Chine, on s’est dit : ça va être le SRAS, multiplié par 3 ou 4, avec des pertes de croissance de 0,5 à 1 % sur l’année. Or l’impact sera bien plus violent, on sera proche de la crise 2008,  elle-même pareille à celle de 1929. On avait perdu 3 % de croissance sur l’année [en 2008], on peut aller vers quelque chose de plus grave." Il faut bien soupeser, comparer, statistiquer, enfin justifier tout le travail d'un économiste ...

« Qui sont les grands gagnants de cette crise ?", demande Daniel Cohen. "Tout le monde le voit, c’est l’économie numérique, puisqu’on apprend tous, tous les matins, à travailler d’une autre manière, à distance ; on voit le poids nouveau des applications de rencontres, les bénéfices d’Amazon, Netflix, etc. » - « au delà de la crise générale, on voit monter ce capitalisme à distance, celui qui est capable d’aller vous chercher à domicile." Ça peut faire peur, mais lui, tranquille comme Baptiste ...

"Peut-être qu’à la fin, comme après la guerre, on aura tellement de plaisir à se revoir que ce sera un véritable défi jeté au capitalisme numérique, qui pense qu’on peut substituer des relations numériques aux relations humaines." Tiens dont, un peu d'espoir peut-être … faudra voir …