20-11-2020 : Accès au livre

Année 1964, je quittais l'internat avec mon BAC -4 en poche … et sans le moindre livre à côté.
Pourtant, dans ces années là « Le livre de poche » explosait. Ce qui signifiait clairement que la connaissance et la culture pouvaient devenir accessible à un plus grand nombre. Rendez-vous compte : la démocratisation par la lecture à portée de main, favorisant ainsi l'accès à l’ascenseur social (pas encore inventé à l'époque!) ... une petite révolution que certains ne voyaient pas du tout d'un bon œil. Je vous transcrits, tels quels, les propos d'un étudiant en médecine qui ne venait apparemment pas des banlieues défavorisées.

« Je pense beaucoup de mal du Livre de poche parce qu'il fait lire tout un tas de gens qui n'avaient pas besoin de lire finalement, qui n'avaient jamais ressentit le besoin de lire. On les a emmené là. Avant ils lisaient 'Nous Deux' ou 'La vie en Fleurs', et tout d'un coup ils se sont retrouvés avec Sartre dans les mains, ce qui leur a donné une sorte de prétention intellectuelle qu'ils n'avaient pas. Avant, les gens étaient humbles devant la littérature, alors que maintenant ils se permettent de la prendre de haut. Maintenant, les gens ont acquit le droit de mépris, ce qu'ils n'avaient pas avant ».

Vous trouvez ça surréaliste et choquant ? Regardez l'archive vidéo de l'INA sous le titre 'Le livre de poche et le mépris' pour constater qu'à l’œil nu, c'est encore pire que ça ...